Chroniques de Gaule

Paroles libres de français

Respectons la maison qui nous accueille

La France, anciennement la Gaule, est un pays magnifique, par ses paysages, par sa culture, par son histoire.

Provence

Provence

Mais, déjà autrefois, de Gaulle s'interrogeait :
« Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ? »

Cela ne date pas d'hier ; la France a toujours été une terre d'asile, une terre d'immigration.
Notre pays s'est construit, en partie pour et par les étrangers, qui sont devenus de véritables français et qui ont fait de la terre de France leur terre ; même si, dans leur cœur, leur terre natale y était toujours inscrite.

Aujourd’hui, et depuis 40 ans, un mouvement s’est mis à la marge. Une infime minorité de gens venus de l’extérieur de la France a décidé de s’implanter au sein du territoire en mettant en avant sa religion et en installant des lieux de cultes – qu’on pourrait appeler et qu’on va appeler des lieux de fixation.
Cette minorité, qui veut imposer sa croyance aux autres, fonctionne par un prosélytisme complètement aberrant, faisant que les plus faibles cèdent à sa volonté et à ses revendications. Aujourd’hui, profitant d’un certain laxisme, cette minorité s’est emparée de certains quartiers, et est en train de s’emparer petit à petit de certaines villes.

Je pense que la France peut et doit ouvrir ses portes. Mais la France n’est pas uniquement un pays où l'on vient satisfaire ses besoins élémentaires ; et ce n’est pas simplement un pays où l’on peut s'autoriser n’importe quoi.
Un simple exemple : savez-vous que certains d’entre eux, certains de cette minorité-là, préparent qu’à leur mort, ils soient enterrés dans leur pays d’origine ?

Que penser de cela ? Sommes-nous si impurs que cela ?

La nuit vient de tomber sur cette France que – moi qui suis d’origine étrangère – j'aime à la folie.

Il est temps que j’aille me coucher, cela me permettra de ne pas réfléchir à ce monde de fous et de cinglés.

Arthur de la RivaudièreArthur de la Rivaudière
25/10/2018

drapeau de France brûlé

Place du Capitole à Toulouse